Aller au contenu  Aller au menu principal  Aller à la recherche

Bandeau Sciences Humaines

UFR SCIENCES HUMAINES

Sophie BABY

baby_photo_bio
Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.
Bureau 432 – 03  80 39 57 14



 

 

Maître de conférences en histoire contemporaine, spécialiste de l’espace ibéro-américain aux XXe et XXIe siècles, Sophie BABY réfléchit dans ses recherches aux enjeux portés par la violence politique dans nos sociétés contemporaines (sens donné à l’action violente et à sa contention, enjeux de mémoire, dispositifs de sortie de conflits, modalités de la réconciliation nationale, rôle du droit, figure de la victime). Membre du centre Georges Chevrier (FRE UB CNRS 3499), elle participe au groupe de recherches sur les violences extrêmes (« Dire et représenter la violence de crise »).

  • En savoir plus sur ses activités de recherche

http://tristan.u-bourgogne.fr/umr5605/chercheurs/Baby/Sophie_Baby.html

  • Enseignements assurés en 2012-2013

Cours magistraux - Les travaux dirigés de licence et la préparation aux concours d’enseignement ne figurent pas dans cette liste.


L1 Histoire / UE fondamentale / sem 2 - Démocraties et régimes autoritaires en Europe. 1914-1945

L2 Histoire UE d’ouverture AMC  / L2 Histoire Mineure AMC - sem 4 - 27h

Les relations interaméricaines aux XIXe-XXe siècles

  Dans le cadre de la mineure « Approche du Monde Contemporain », ce cours a pour objectif de vous initier à l’histoire d’un continent lointain souvent marginalisé des cursus scolaires, à savoir l’Amérique latine. Cette histoire sera abordée au travers de ses relations avec le géant du Nord, les Etats-Unis, qui tendent progressivement à se substituer, au cours du XXè siècle, aux anciennes puissances coloniales. Paradoxe d’un pays à la forte tradition isolationniste qui ne cesse d’accroître sa présence militaire, politique, économique, culturelle sur la scène mondiale et dont l’hémisphère américain est le prolongement naturel.

  Néanmoins, il est nécessaire de se défaire du seul prisme de la domination « impérialiste » pour comprendre des relations qui s’avèrent bien plus complexes et plus riches. Nations sœurs au moment des indépendances du début du XIXè siècle, partageant le même destin face aux ex-métropoles européennes, elles ne cessent par exemple de rêver à un panaméricanisme aux multiples facettes. Les républiques latino-américaines oscillent ainsi entre attirance et répulsion, entre fascination et résistances multiformes contre les tentations impérialistes nord-américaines.

  Ce cours de relations internationales a une perspective chronologique large. Centré sur le XXè siècle, la guerre de Cuba en 1898 étant la première pierre posée à l’expansionnisme américain en Amérique latine, il commencera cependant par une incursion dans le long XIXè siècle qui fonde les positions ultérieures. Il brassera ensuite l’ensemble du XXè siècle jusqu’à nos jours. Il s’appuie par ailleurs sur de nombreux documents, notamment iconographiques, permettant aux étudiants de se familiariser avec un continent immense et pluriel.

Orientation bibliographique
DABENE, Olivier, L’Amérique latine à l’époque contemporaine, Paris, Armand Colin, coll. Cursus, 2003
GARIBAY, David et MARQUES-PEREIRA, Bérengère, La Politique en Amérique latine, Histoire, institutions, citoyenneté, Paris, Armand Colin, Collection U, 2011
KASPI, André, Les Américains, tomes 1 (depuis 1607) et 2 (de 1945 à nos jours), Paris, Seuil, coll. Points Histoire, 2008
MELANDRI, Pierre, Histoire des Etats-Unis contemporains, Bruxelles, A. Versaille éd, 2008
NOUAILHAT, Yves-Henri, Les Etats-Unis et le monde au 20e siècle, 2e éd Paris : Armand Colin, Collection U, 2000
VAGNOUX, Isabelle, VAN EUWEN, Daniel (dir.), Les relations interaméricaines en perspective, IHEAL, 2009

L3 Histoire UE fondamentale / sem 6 - 12h CM + 12h TD

Histoire de l’Espagne au XXe siècle. Violence et politique de la Seconde République à nos jours. 


L’Espagne, pays proche territorialement et culturellement, reste pourtant une terra incognita pour la plupart d’entre vous. Péninsule à la périphérie de l’Europe, son histoire contemporaine est aussi perçue comme marginale par rapport au reste du continent, jusqu’à susciter de nombreux débats autour de « l’exception » espagnole. Il s’agira donc dans ce cours de réinscrire l’Espagne dans une histoire européenne et mondiale et de vous faire découvrir une histoire injustement méconnue.
La violence est en ce sens un angle d’approche remarquable : si le XXe siècle est bien « l’Âge des Extrêmes » (Eric Hobsbawn) et des violences de masse, la violence est aussi un moyen privilégié de règlement des conflits politiques dans l’Espagne des XIXè et XXè siècles. Le paroxysme en est la Guerre civile de 1936-1939, souvent perçue comme l’antichambre de la Seconde Guerre mondiale. Plus encore, la violence serait une caractéristique essentialiste de « l’être » espagnol. Nul doute qu’elle soit un prisme privilégié pour aborder l’histoire contemporaine de l’Espagne. A travers le cas espagnol, il s’agira donc aussi d’explorer toutes les dimensions d’un objet historique, la violence, qui est au cœur des préoccupations de nombreux intellectuels d’hier et d’aujourd’hui et qui a suscité un grand renouveau historiographiques ces dernières années.
Nous insisterons ici sur la période 1931-1982, qui constitue une séquence historique signifiante axée sur la Guerre civile. Pour la comprendre, il faut en effet remonter à la Seconde République (1931-1936) qui a connu l’exacerbation des conflits politiques et la montée des violences. La dictature franquiste (1939-1975), qui s’installe ensuite et durablement pour près de 40 ans, fonde et légitime son pouvoir sur la violence originelle de la Guerre civile et ce faisant, la prolonge. Tandis que la transition à la démocratie (1975-1982) se déroule sous les auspices de la mémoire de cette guerre, sous l’impératif symbolique du « plus jamais ça » et la volonté d’en finir avec cette figure tenace d’une Espagne qui serait vouée, par essence, à la violence.

Orientation bibliographique :
BENNASSAR Bartolomé, La guerre d’Espagne et ses lendemains, Paris, Perrin, 2004
CANAL, Jordi (dir.), Histoire de l’Espagne contemporaine de 1808 à nos jours, Paris, Armand Colin, Coll. U, 2009
GODICHEAU, François, La guerre d’Espagne : de la démocratie à la dictature, Paris, Gallimard, 2006
HERMET, Guy, l’Espagne au XXe siècle, Paris, PUF, coll. Premier Cycle, 1992
MAURICE, Jacques, SERRANO, Carlos, L’Espagne au XXe siècle, Paris, Hachette, coll. Carré Histoire, 1ère ed. 1992

Et quelques œuvres littéraires :
BERNANOS, Georges, Les Grands Cimetières sous la lune, 1938
CERCAS, Javier, Les soldats de Salamine, 2001
DEL CASTILLO, Miguel, Tanguy, 1957
HEMINGWAY, Ernest, Pour qui sonne le glas, 1940
MALRAUX, André, L’Espoir, 1937
ORWELL Georges, Hommage à la Catalogne, 1938
RIVAS, Manuel, Le crayon du charpentier, 1998
RUIZ ZAFON, Carlos, L’ombre du vent, 2004
SEMPRUN, Jorge, Autobiographie de Federico Sánchez, 1976
VAZQUEZ MONTALBAN, Manuel, Moi, Franco, 1992 et La Pasionaria, 1995

 

           

  • Responsabilités administratives 2012-2013

Responsable de la Licence 3 parcours AMC
Co-responsable du parcours Erasmus Saragosse (Espagne)
Responsable de la mineure AMC

  • Mots clés

Histoire du politique, histoire des relations internationales
Europe, Espagne, Amérique latine
XXe-XXIe siècles
Violence, conflits et sorties de conflits, justice transitionnelle, mémoire, victimes

Suivez-nous : Suivez nous sur FacebookSuivez nous sur Twitter

plus d'infos

labos d'histoire

Pour en savoir plus sur l'actualité scientifique des chercheurs du département :

EN VIDEO

Cyril, étudiant en L1 d'histoire, présente son expérience.

 

Nouvelles publications

Plus de publications......

 

Université de Bourgogne